1. HABERLER

  2. FRANÇAİS

  3. "TurkStream", le gazoduc inauguré par Erdogan et Poutine, alimentera aussi l'Europe
"TurkStream", le gazoduc inauguré par Erdogan et Poutine, alimentera aussi l'Europe

"TurkStream", le gazoduc inauguré par Erdogan et Poutine, alimentera aussi l'Europe

- La Russie est le premier fournisseur européen en gaz (47%), suivie par la Norvège (34%). L'Algérie et la Libye fournissent 8,6% du gaz européen.

A+A-

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont inauguré, mercredi à Istanbul, le gazoduc TurkStream qui acheminera le gaz naturel russe vers la Turquie et l’Europe. Le premier ministre bulgare Boyko Borisov et le président serbe Aleksandar Vucic ont également participé à la cérémonie.

TurkStream, le nouveau gazoduc, vise à transférer le gaz russe en Turquie puis en Europe. Il est composé de deux lignes traversant la mer Noire, dont la première desservira la Turquie et la seconde l'Europe, chacune avec une capacité de 15,75 milliards de m3 par an. Ainsi, 15 millions de foyers vont pouvoir en bénéficier sans passer par des pays tiers.

En effet, très présent sur le marché gazier, la Russie s'est alliée à la Turquie il y a plus de trois ans pour réaliser cette infrastructure.

Il faut reconnaître que ce gazoduc permet à la Russie de contourner le corridor ukrainien pour livrer du gaz aux Turcs et aux Européens. D’ailleurs, les Bulgares qui sont entièrement dépendante du gaz russe, vont en profiter. Ainsi par le biais de TurkStream, Gazprom, la compagnie russe, va également livrer la Bulgarie.

Gazprom a d’ailleurs commencé à fournir 3 milliards de mètres cubes de gaz à la Bulgarie via TurkStream dès le début 2020.

- Gaz naturel: la Russie, premier fournisseur de l'Europe:

Les pays de l’Union Européenne importent actuellement les deux tiers du gaz naturel qu’ils consomment. Les principaux fournisseurs sont la Russie, l’Algérie, la Libye et la Norvège. Selon un rapport du parlement européen, publié en juillet 2018, la production européenne de gaz naturel baisse considérablement depuis 2008. Il faut reconnaître que le gaz russe est bon marché et coûte donc moins que cher que la production.

Selon les données du troisième trimestre 2018 recueillies par le parlement Européen, la Russie est le premier fournisseur européen en gaz (47%), suivie par la Norvège (34%). L'Algérie et la Libye fournissent 8,6% du gaz européen.

De même, 89% du gaz importé le sont par gazoducs, le reste est acheminé par navires sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL).

Toujours, selon ce rapport, la principale voie d'approvisionnement en gaz russe est l'Ukraine qui couvre près de la moitié des importations totales en provenance de Russie, suivie de la voie biélorusse (gazoduc Yamal), qui couvre environ 20%, et de "Nord Stream 1" (30%).

Malgré la volonté de l'Union Européenne de réduire sa dépendance vis-à-vis de Moscou, elle n’a pas vraiment beaucoup le choix. Le nouveau gazoduc TurkStream va permettre donc de diversifier les voies d’acheminements.

- L'Europe va également être alimentée en gaz par le gazoduc TurkStream:

Lors de l’inauguration du gazoduc, Erdogan a rappelé que "la deuxième ligne du gazoduc passerait par la Turquie, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et la Slovaquie". Cette deuxième étape devrait être achevée en 2020.

Rappelant que la Turquie possède la plus grande côte en Méditerranée, il a exhorté "les pays européens à suivre une stratégie gagnant-gagnant". En effet, la Turquie appelle l’Union Européenne à travailler en collaboration avec elle afin de partager les éventuelles réserves d’hydrocarbures et d’éviter des conflits inutiles.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a attiré l’attention sur la coopération entre la Russie et la Turquie. "TurkStream est un système de transfert de gaz extrêmement important et unique qui contribuera à renforcer davantage la coopération", a-t-il insisté.

De plus, il a une fois de plus rappelé que la deuxième section de TurkStream va transporter le gaz russe dans les Balkans, la Bulgarie et la Grèce en passant par la Turquie.

"Cela va avoir une conséquence bénéfique aussi bien pour l’économie turque que les pays européens", a-t-il poursuivi.

Enfin, Poutine a insisté sur le fait que "TurkStream assurera la sécurité de l’approvisionnement énergétique dans les pays du sud-est de l’Europe".

HABERE YORUM KAT